BOULI MIRO

SPECTACLE JEUNE PUBLIC A PARTIR DE 7 ANS    [ Création octobre 2010 ]

Mama Binocla, mère malvoyante, et Daddi Rotondo, père en forme de kiosque à journaux, ont un petit garçon qui pèse dès sa naissance 9 kg. Alors au lieu de l’appeler Rahan, ils l’appellent Bouli comme ça, pas de doute, on sait qu’il est gros. À un an, ils s’aperçoivent qu’il est myope, c’est comme ça qu’il devient Bouli Miro.

Bouli Miro est gros de toutes ses peurs. À deux ans, il prend peur des dragons et à trois ans, il se met à avoir peur de lui-même.
Mais heureusement sa cousine Pétula l’aime, même de plus en plus gros. Le problème c’est quand Pétula déménage en Espagne, Bouli se met alors à grossir de plus belle. Jusqu’au jour où il manque d’écraser sa maman en s’asseyant dessus. Alors Bouli décide de changer de corps et se met à faire de la gymnastique. Un nouvelle vie commence ! Mais quelle vie !

Extrait de la note d'intention

Le théâtre ne doit pas être l’art du consensus ou celui d’une pensée unique. Ceci dit, à l’heure où certaines œuvres ciblent leur destinataire (jeune public, tout public…) – et c’est tant mieux pour la dynamique de la création – il me semble que BOULI MIRO s’adresse à l’ensemble de la communauté humaine. Je dirais que BOULI MIRO est une pièce pour un théâtre de réunion, qui puise ses références dans plusieurs générations sans toutefois priver quiconque de  pénétrer dans l’univers si particulier de son auteur Fabrice MELQUIOT.

Un mot de l'auteur, Fabrice Melquiot

Dans les bricoles qui ont fait Bouli Miro, il y a des enfants. Trois enfants.
Sao, qui, à 5 ans, trouve“ déraisonnable” qu’un vélo puisse se casser la gueule tout seul. Taïs qui, à 12 ans, pique des colères pas comme les autres : “j’aime pas la ratatouille !” Et le dernier enfant, c’est moi, à 3 ans, sur une photo où je pose devant une bouteille de Slim dans un authentique pyjama en pilou-pilou duquel mes bourrelets dégoulinent.

Il y a bien d’autres bricoles dont j’ai fait ma montagne : les marmots d’Europe de l’Est dans notre Europe à nous, les affiches sur les murs de partout avec ces belles plantes qui poussent toutes dans les mêmes pots, le souvenir d’une nuit à Calais où le chef de gare est vraiment accueillant, et les enfants encore des enfants.
Je n’écris pas pour eux, pas précisément pour eux.
Mes textes jeunesse, je m’en vais les écrire depuis l’enfance, mon enfance à moi, qu’il me faut bien restaurer avec des bricoles si je veux en faire une montagne.
J’écris des textes pour la famille. Idéalement.
Que Bouli soit un lien des petits aux grands. Comme les jeux de société bien foutus. Idéalement. Je dis ça, mais c’est des bricoles.

Distribution

Un texte de Fabrice Melquiot : Frédéric Flahaut
Mise en scène, scénographie et bande son : Frédéric Flahaut
Décor : Dany Bousquet, Anthony Allemand
Lumières : Patrick Schneider / Régie lumière : Amandine Richaud
Costumes : Fabienne Varoutsikos
Musique : Maddy Scoteck

Avec :
BOULI MIRO : Julien Colli
PETULA CLARK : Blanche Van Hyfte
DADDI ROTONDO : Frédéric Richaud
MAMA BINOCLA : Michèle Sebastia
JEAN-MICHEL CLARK : Serge Neri
MARIE-JEANNE CLARK : Giulia Ronchi
HANNA : Michèle Sebastia
MILAN : Serge Neri
LE CHEF DE LA GARE DE CALAIS : Frédéric Flahaut
SHARON STONE: Giulia Ronchi
LE PRESIDENT BILL GORE BUSH: Frédéric Richaud

Durée : environ 1h15
Tout public à patir de 7 ans