MOI JE CROIS PAS !

SPECTACLE TOUT PUBLIC A PARTIR DE 12 ANS    [ Création 2011 ]

Monsieur ne croit à rien, Madame veut croire à tout. Jour après jour, soir après soir, nuit après nuit, ils s’affrontent, s’opposent, chacun, chacune tentant d’imposer à l’autre son dérisoire point de vue. Ils s’insultent, plaident, menacent, argumentent, mêlant la mauvaise foi à l’ingénuité et l’absurdité au bon sens. Ainsi le temps, la vie même passent et, au bout du compte, Monsieur ne se souvient plus de ce à quoi il ne croyait pas et Madame a oublié ce à quoi elle croyait.

Note du metteur en scène

j’ai toujours voulu faire de la mise en scène pour raconter des histoires au public. Ensuite, la possibilité de créer un objet artistique est tellement précieuse aujourd’hui, qu’il faut que cet objet puisse « servir » ceux qui se déplaceront pour le voir, il doit nous faire réfléchir sur nous, sur notre société.

Avec Moi je crois pas !, j’ai aussi envie de faire rire, mais surtout de surprendre par la complexité des personnages, Monsieur et Madame n’étant pas ce qu’ils paraissent aux premiers abords, leurs rapports tendus, parfois agrémentés de sévères noms d’oiseaux, reposent sur une grande complicité, un amour qui pousse Madame à se souvenir de ces belles soirées, ces beaux moments que Monsieur a oublié.

Julien colli, mai 2011

.

LES PERSONNAGES
Lui : c’est une grande gueule. Pétri de conviction, il aime argumenter. C’est sa réflexion, son sens critique aiguisé qui le pousse à se revendiquer NON-croyant.
Elle : elle préfère les bêtes aux humains, à part son ours de mari qu’elle supporte dans tout les sens du terme ; Commère, elle sait tout de ses voisins ; parfois cruelle, elle feint la naïveté pour embrouiller son mari. Elle veut CROIRE.

LES DECORS
Chez eux… un intérieur bien meublé (fauteuil, canapé, table basse, guéridon, tapis etc…). L’espace va se réduire au fur et à mesure du développement de la pièce, renforçant l’étrangeté du propos. Comme dans “Les Bâtisseurs d’empire” de Boris Vian, leur habitat se trouve cycliquement dépouillé de certains de ses éléments, d’abord discrètement puis de manière très visible. A la fin, il ne reste qu’un canapé, pour la révélation…

LA MUSIQUE
Un décor sonore, mélange de bruits d’animaux, d’archives sonores, de musiques contemporaines

Distribution et production du spectacle

Mise en scène et scénographie  Julien Colli

Avec Frédéric Flahaut et Léa Giovanelli

Création lumière et musicale Amandine Richaud
Régie lumière Alexis Jouffrey
Régie Plateau Amandine Richaud

Durée : environ 1h20
Tout public à patir de 14 ans

Spectacle coproduit par l’Auditorium de Vaucluse Jean Moulin, scène départementale / “Par les villages”, projet pour la communauté d’Aix