MOTMOT

SPECTACLE JEUNE PUBLIC A PARTIR DE 5 ANS   

[ Création novembre 2013 ]

C’est l’histoire d’une rate qui raconte des histoires ; une Ratconteuse. 

 

Cette jeune rate habite dans un nid douillet confectionné à base de matériaux divers récupérés dans une décharge publique. Elle aime détourner les matières à l’aide de pinceaux cassés, de pots de peinture à moitié vides, de pots de colle à moitié pleins, de vieux tissus, des vêtements démodés et du fil à coudre usés. Mais ce qu’elle préfère par-dessus tout ce sont les mots tirés de livres abîmés, de pages déchirées ou d’emballages arrachés qu’elle glane parmi les déchets. Son nid est ainsi décoré de mots découpés, accrochés, assemblés. De plus, elle rafistole les livres abandonnés car depuis la découverte du premier mot, la rate se passionne pour la lecture et le récit des histoires…

Voilà le point de départ de plusieurs histoires qui seront racontées sur les thèmes de la transformation et de la transmission dans des esthétiques différentes, entre ombre chinoise et peinture vivante.

Le propos

Trois histoires seront racontées avec approches et esthétiques différentes :

La première histoire, Ubu, est celle qui a donné envie à la rate de devenir Raconteuse. L’histoire sera illustrée en peinture. La peinture évoluera au fil de l’histoire racontée. C’est l’histoire d’une couleur ; le gris. Cette couleur grise est témoin de la disparition d’autres couleurs dévorées par le tyran Ubu. La couleur grise ne proteste ni ne se positionne car elle ne se sent pas menacée. Mais lorsqu’elle se retrouve seule, il n’y a plus personne pour la défendre et elle est mangée à son tour.  Le tyran fini par exploser suite à l’indigestion des couleurs. Chaque couleur retrouve sa propre place sauf la couleur grise qui décide de rapporter son histoire afin de ne pas oublier. L’importance de la Mémoire est ici soulignée.

La deuxième histoire sera contée par l’intermédiaire de la meilleure amie de la rate ; une poupée qu’elle a raccommodé après l’avoir trouvé dans la décharge. Cette poupée évoluera dans un décor peint sur des rouleaux de carton en mouvement. C’est l’histoire d’une aborigène d’Australie qui rêve de quitter son village pour découvrir le désert. Son entourage ainsi que les anciens ont beau la prévenir que le désert est dangereux et lui conseiller de ne pas s’aventurer vers l’inconnu, elle parvient à échapper aux siens et à s’enfoncer dans le désert. Confrontée à la réalité d’un milieu hostile dont elle ne connaît pas les règles, elle sera finalement retrouvée par sa famille partie à sa recherche. L’expérience et la transmission des aînés est ici le coeur de l’histoire.

Enfin, la troisième histoire sera une histoire composée. La rate racontera une histoire qu’elle a créée de manière cohérente à partir de différents extraits de textes trouvés dans la décharge. Il s’agira d’une histoire montée comme un florilège de mots que la rate a déniché. On y reconnaîtra le soulier d’une Cendrillon, le courage d’un petit Poucet ou encore la planète d’un petit Prince. Seulement, à cette dernière histoire, il manque une fin. Peut-être la trouvera-t’elle  dans le sac qu’elle a rempli lors de son dernier voyage à la décharge ? Cette histoire sera une métaphore de l’histoire de l’humanité ; un puzzle construit au hasard des états d’âme. Nous inventons des histoires avec les mêmes ingrédients depuis la nuit des temps. Nous transformons au présent les traces du passé. Le poids de la mémoire et l’importance de la transmission sont ici unifiés.

Distribution


Mise en scène, scénographie et décor : Blanche Van Hyfte
Ecriture : Raphaël France Kullmann
Lumière : Patrick Schneider
Avec Sarah Nedjoum

Spectacle produit par Eclats de Scènes – Cultures Itinérantes Résidence de création réalisée au théâtre Isle 80 à Avignon.