<< Retour à l'accueil

ACTIONS EN MILIEU SCOLAIRE

Nos sociétés proposent aux enfants une éducation qui s’adresse principalement à leur raison, au détriment de leur affectivité et de toutes les richesses qu’apporte un développement plus complet de l’ensemble des facultés humaines. L’éducation artistique est trop souvent considérée comme un luxe alors qu’elle est absolument essentielle et devrait faire partie du bagage proposé à tous les enfants.

Le travail artistique et la pratique culturelle canalisent les énergies, permettent la découverte des limites et de leur dépassement. Chaque expérience vécue modifie totalement l’acquisition de toutes les autres connaissances et contribue à la richesse de chaque enfant, car c’est l’expérience qui est à l’origine de la pensée, non le contraire. L’expérience de la création artistique partagée multiplie ces richesses. C’est une expérience fondatrice pour tout citoyen. Dès lors, ne pas se préoccuper d’éducation artistique, c’est méconnaitre tout ce que nous savons aujourd’hui du développement de l’intelligence humaine.

La prise de conscience, chez les plus jeunes, de la diversité et de la richesse des attitudes culturelles contribue par ailleurs à la reconnaissance des différences culturelles et sociales. Contre la violence et l’incivilité, contre les racismes, les arts et la culture peuvent contribuer à créer une école de la tolérance et du respect de l’autre. Les règles de l’art sont également celles de la vie.

Deux questions essentielles découlent de ce constat : quelle est la place que nous accordons à l’art à la Culture dans l’éducation de nos enfants ? Et dans quelle mesure cette éducation spécifique contribue t-elle à faire de ces enfants des adultes responsables, critiques et doués d’une approche sensible de la société ?

La tâche des enseignants avec lesquels nous travaillons n’est pas facile. Former des citoyens libres et responsables, bien armés intellectuellement, psychologiquement, socialement pour affronter l’avenir, est en soi une mission lourde. L’intégration à la vie scolaire du travail artistique, dans toutes ses dimensions, est à soutenir et à promouvoir car le défi est de taille : captiver les gens plutôt que de les rendre captifs !

 

Pour ces raisons, Eclats de Scènes initie depuis sa création des partenariats avec des établissements scolaires, du primaire jusqu’à l’université, et construit des propositions variées pour répondre aux demandes et aux volontés de ses interlocuteurs sous forme de parcours de spectateurs, de résidence de création en milieu scolaire, de rencontres avec des équipes artistiques, de mise en place d’ateliers de pratiques artistiques… allant dans le sens de la démocratisation culturelle comme vecteur d’émancipation et d’interrogation critique.

 

Nous conseillons à ceux qui le souhaitent la lecture d’une œuvre indispensable « Nos enfants ont-ils droits à l’art et à la culture ? » de Jean-Gabriel Carasso dont les objectifs peuvent se résumer ainsi : Découvrir, apprendre, se construire, être citoyen. (édition de l’Attribut).

 

Illustrations des écrits des élèves des communes partenaires des Conviviales

lors d’un projet similaire réalisé pendant l’année scolaire 2015/2016

Action culturelle et artistique >> Projet 2016 / 2017

Le projet

 .

.

Ce projet d’éducation artistique et culturelle est proposé à 4 classes de CM1 et 4 classes de CM2 des communes partenaires des Conviviales : Sérignan du Comtat, Malemort du Comtat, Villedieu et Lapalud.

 .

Entre octobre 2016 et mai 2017, les élèves de CM2 de chaque école vont participer à des ateliers d’écriture dirigé par Michèle Sébastia, comédienne et auteur, sur le thème de la relation parent – enfant.

Le processus d’écriture sera alimenté par l’intervenante grâce à des jeux d’écritures qui vont petit à petit se cristalliser autour de la thématique choisie.

Les écrits des élèves seront ensuite utilisés pour former une trame narrative à partir des réflexions que les élèves auront eu sur le rapport entre les parents et les enfants.

 .

Une fois le texte finalisé, il sera confié aux élèves de CM1 de la même école qui illustreront le propos de leur ainé d’un an avec l’aide d’une intervenante en arts plastiques, Marianne Pasquet (illustratrice jeunesse).

 .

En parallèle les élèves de CM2 participeront à un autre atelier de lecture à voix haute avec Sarah Nedjoum (comédienne de la compagnie Eclats de Scènes) afin de mettre en lecture leurs propres écrits dans une lecture mise en espace.

 .

L’ensemble des productions, écrits, lecture et illustration graphique, seront présentés lors des inaugurations des Conviviales des communes concernées.

 .

L’intérêt de ce type de projet est de sensibiliser les élèves au processus de création, de l’écriture au plateau. Ils découvriront aussi pendant les Conviviales un spectacle sur la même thématique travaillée en atelier afin de compléter le parcours d’éducation artistique et culturelle.

 .

L’ensemble des ateliers de pratiques artistiques représente près de 100 heures d’intervention.

 .

.

Restitution et valorisation

 .

.

Un recueil sera édité avec les histoires écrites par les élèves de CM2 agrémentés des illustrations des élèves de CM1. Chaque enfant ayant participé au projet se verra remettre un exemplaire. Il a pour vocation de laisser une trace dans la mémoire des élèves, un moment de découverte et de sensibilisation à des pratiques artistiques à la portée de tous et néanmoins fondamentales : l’écriture et la lecture à voix haute.

 .

D’autre part, ce projet permet de valoriser le travail des élèves du territoire. Il met en synergie divers partenaires opérant sur un même territoire, croisant ainsi les univers de l’écriture, du théâtre et de l’art plastique.

 .

Un documentaire sera également réalisé sur la conduite du projet au sein de l’école de Lapalud. La réalisatrice Marie Delaruelle, filmera les ateliers et la restitution, elle mènera également des interviews auprès des intervenants, du corps enseignants et des élèves. Un dvd sera remis aux élèves de CM1 et CM2 de la commune de Lapalud.

Une présentation publique du film sera organisée en fin d’année scolaire.

 .

.

Partenariats

 ;

;

Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien de la Fondation Abbé Pierre ainsi que de l’entreprise EDF.

Logo_Abbe_Pierre_web
EDF